Mutuelle santé

Travailleur non salarié : quelle mutuelle ?

Une complémentaire santé pour un travailleur indépendant est indispensable. Elle couvre contre les aléas de la vie. En cas d’arrêt maladie, une mutuelle TNS peut prendre en charge les jours de carence qui sont plus longs chez les travailleurs. Elle se charge ensuite de compléter la part de la Sécurité sociale pour les remboursements des frais médicaux et est ainsi plus que nécessaire. 

Un contrat de mutuelle Madelin 

La loi Madelin a été mise en place dès le 11 février 1994. Cette loi permet aux travailleurs non-salariés de bénéficier de compléments de garanties de prévoyance personnelle constitués par des cotisations déductibles du bénéfice imposable. Il s’agit de cotisations volontaires, les travailleurs non-salariés ne sont pas obligés d’en profiter, bien qu’il s’agisse d’un réel avantage

En tant que travailleur indépendant, il semble indispensable de signer un contrat de mutuelle Madelin plutôt qu’un simple contrat de mutuelle TNS non déductible. C’est alors le premier point sur lequel il est nécessaire de se pencher lors du choix d’une mutuelle. 

Les points à analyser pour choisir une mutuelle TNS

La mutuelle TNS qui couvrira le travailleur indépendant doit être à la hauteur de ses besoins. La couverture des principaux postes de santé à un niveau de remboursement suffisant pour chaque garantie doit être analysé lors de la souscription au contrat. 

Avant la souscription d’un contrat de complémentaire santé, Madelin ou non, il faudra prendre en compte les points suivants : 

  1. Le tarif de celle-ci mensuellement. A savoir que les mutuelles ne coûtent pas le même prix en fonction des régions de France. Tout dépendra de la taille de la ville et du taux de maladie dans cette région. Les tarifs sont compris entre 30 et 35 euros par mois environ.  
  2. La possibilité de signer un contrat Madelin. Si vous souhaitez déduire vos cotisations de vos impôts, l’organisme devra proposer un contrat de mutuelle Madelin en phase avec la loi. 
  3. Les remboursements des soins en pourcentage ou en forfait devront être adaptés à vos besoins. Si vous avez l’habitude de vous rendre chez l’ostéopathe, choisissez une mutuelle qui rembourse un certain nombre de séances de médecines douces par exemple.
  4. Enfin, lisez bien entre les lignes (délais de carence, exclusions de contrat, couvertures inutiles…) et examinez le services supplémentaires proposés (téléconsultation, réseau de soins, ateliers gratuits pour les adhérents, assistance…) avant de vous engager.